Image collection header

Portraits du Second Empire

Bustes et statues
Buste de Firmin Rainbeaux RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux
Buste de Firmin Rainbeaux
Sculpture

Buste de Firmin Rainbeaux

Ce buste fut offert en 1867 par Jean-Baptiste Carpeaux à son modèle, Firmin Rainbeaux, écuyer de Napoléon III (1834-1916). Héritier des mines de Marles (Pas-de-Calais), Rainbeaux jouait un rôle important dans l'entourage rapproché de l'Empereur. Le 6 juin 1867, alors que Napoléon III et le tsar Alexandre II revenaient d'une grande revue à Longchamp, il sauva la vie de ce dernier. Gardant son sang-froid, il fit cabrer son cheval pour protéger l'empereur de Russie du tir du patriote polonais Berezowski. Ce fut en souvenir de cette action héroïque que Carpeaux exécuta ce buste.

Dans ce buste, Carpeaux fait preuve, comme à son habitude, d'un éclatant talent de portraitiste : le léger mouvement de la tête et la vivacité du regard confèrent une animation pleine d'élégance et de décision au modèle. La dédicace confirme le soin apporté par l'artiste à ce portrait, auquel la nudité héroïque apporte simplicité et grandeur. Carpeaux fait sentir l'homme énergique, l'écuyer, mais aussi l'homme de cour.

Firmin Rainbeaux fut nommé écuyer le 12 juillet 1864 et séjourna à de nombreuses reprises au palais de Compiègne. Fidèle entre les fidèles, il apporta après 1870 un soutien constant à la famille impériale en exil. Avec Eugène Rouher, il mena au nom de l'impératrice Eugénie les négociations avec l’État français qui aboutirent à la restitution d'une partie de ses biens acquis sur la Liste civile en 1881. Cette année-là, il revint à Compiègne pour y chercher trente peintures et dix sculptures à remettre à l'Impératrice.

Dédicacé, signé et daté sur la tranche de l'épaule gauche Souvenir du 6 juin offert par l'auteur à Monsieur F. Rainbeaux JB Carpeaux 1867

Offert par Carpeaux à Firmin Rainbeaux en 1867 ; vente Félix Rainbeaux, son fils, Drouot, 23 octobre 1936, n°269 ; collection Fabius.

Achat en vente publique, 2011.

Autres collections

Aiguiere

Objets d'art

Girardet, Les Moissons dans la vallée de Glaris
2 périodes clés

Peintures et sculptures